Solenn Denis

Solenn Denis : autrice, comédienne, metteuse en scène | Notre devoir d’être féministe

Je ne serais jamais ministre de la culture ! C’est bien la dernière chose que j’aurais envie de faire ! Je serais incapable de travailler main dans la main avec ces pantins désarticulés que sont les politiques (rire). Je ne leur fais pas confiance. J’ai l’impression que ces politiques m’enculent sans cesse ; je n’aimerais donc pas devenir à mon tour une personne qui encule les gens sans leur consentement (rire). D’autant plus que la ministre de la culture n’a pas véritablement de grande force de frappe aujourd’hui. C’est un peu fake tout cela. Non. Être ministre de la culture ne m’intéresserait pas du tout, du tout, du tout. Quand on voit ce qu’il se passe… Bonjour l’ambiance. Je ne voudrais pas participer à cette ambiance. Je ne voudrais pas de ce pouvoir politique. Non. Cela me dégoûte. En revanche, mon pouvoir politique se situe ailleurs qu’auprès des puissants qui me marcheraient sur la gueule. Moi je sais être au plateau, je sais les mots, je sais façonner, c’est là que je peux être utile. C’est là mon endroit de combat bien plus pertinent qu’un ministère.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :