Séverine Klein

Séverine Klein : autrice | Un feu à soi

Je vais être très abrasive. Pourquoi nomme-t-on assez souvent une femme au poste de ministre de la culture ? Parce que ce poste ne sert à rien.

Environ 70% de la dépense culturelle est le fait des collectivités locales. Le budget en tant que tel du ministère de la Culture n’a donc que peu de poids par rapport à l’ensemble des subventions publiques au secteur. Beaucoup de pouvoir a progressivement été donné aux différents opérateurs (des musées, des théâtres nationaux, etc.) de sorte que le pouvoir de pilotage véritable du ministère vis-à-vis d’une politique culturelle est devenu assez embryonnaire. Il n’a plus ni argent ni pouvoir. Il a seulement conservé –ce qui est très dangereux– l’illusion du pouvoir et une parole qui est d’autant plus libre qu’elle n’a aucun impact. Voilà pourquoi Madame Filippetti se sent autorisée sur la question des intermittents, à prendre des positions contraires à celles de son premier ministre. Ce qu’elle dit sur ce sujet n’a de toute façon aucune importance concrète. Elle peut se montrer totalement non solidaire du reste du gouvernement sans que cela n’ait de conséquence. Le poste de ministre de la culture n’est pas enviable car il est inutile. On peut me nommer premier ministre, oui, dans ce cas, je veux bien (cela dit les marges de manœuvre ne sont pas fabuleuses…). Mais ministre de la culture ce n’est pas la peine.

Il existe éventuellement un domaine sur lequel il serait possible en tant que ministre de la culture d’avoir une politique vraiment volontariste et déterminée : la place des femmes. Faire surgir et mettre en valeur des talents féminins dans tout le secteur de la culture est un travail ingrat qui n’est pas récompensé à court terme. Si j’étais ministre de la culture, j’utiliserais ma position pour promouvoir et défendre ces idées le plus possible. L’avantage de la ministre de la culture est qu’elle est invitée partout. Elle doit donc faire des discours tout le temps. La place des femmes est un bon sujet. J’utiliserais ma position pour exercer une sorte de magistère d’influence. Ce magistère d’influence peut d’ailleurs aussi bien être exercé chacun dans sa sphère par le ministre des finances, le ministre des affaires sociales ou le premier ministre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :