Mélanie Leray

Mélanie Leray : metteuse en scène, comédienne | Bouleverser les règles

La culture existe pour faire de la cohésion et du lien social. La culture, c’est aussi protéger des artistes complexes, compliqués, pas forcément là pour faire du lien social mais là pour s’exprimer. Les grands artistes ont beaucoup à dire sur notre monde. C’est important de leur laisser la parole. La culture est aussi reliée aux entreprises et à l’argent. Le monde de l’art est influencé par le monde du luxe et l’argent. Qui finance influence.

Une société qui délaisse la culture est une société malade, qui refuse de se regarder, de s’expliquer. Comme il y a des sociologues, il doit y avoir de la culture. Les artistes posent un regard sur notre société, permettent de l’envisager d’une autre manière. Il faut les protéger. On a tendance à tout marchander. Tout est soumis à la question : «Est-ce que ça va rapporter ?» Faire des expériences d’art devient très compliqué dès lors que l’on se demande si cela rapporte. La marchandisation est un frein aux artistes. Il faut protéger ces derniers de l’argent parce que la question financière oriente tout. Elle oriente trop. Si j’étais ministre de la culture, je protègerais les artistes tout en étant consciente du monde très mercantile dans lequel nous vivons. L’art et l’argent ne cohabitent pas forcément bien. Ils cohabitent bien pour faire du beau mais l’art ce n’est pas que du beau. L’art pose aussi la question du sens, du sale, du vilain, des choses âpres et déplaisantes. Comment défendre cela ? Comment travailler cela ? Le rôle des artistes est de pointer ce qui ne va pas. Protégeons-les.

Il faut avoir de vraies discussions. Il faut écouter les philosophes, les intellectuels, les sociologues. Les gens qui réfléchissent notre monde sont d’une importance cruciale. Des gens qui n’ont pas «d’intérêt à». Des gens qui n’ont rien à perdre, ou qui veulent bien perdre. Si j’étais ministre de la culture, je regarderais ailleurs. Je m’intéresserais à ce qui fonctionne à l’étranger. Je m’ouvrirais aux autres cultures pour prendre et réfléchir à ce qu’il y a de bien chez les autres. Nous avons des manières de penser souvent très réduites parce que nous sommes tous éduqués de la même façon. L’éducation fabrique notre pensée. S’ouvrir à l’ailleurs, c’est apprendre à réfléchir plus large.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :